fbpx

L’Histoire

marlia orsetti

La visite du Parc de Villa Reale offre la surprise de s’immerger dans un passé très ancien qui remonte au Moyen-âge. C’est effectivement à partir de cette période que commence l’histoire extraordinaire  du Domaine de Villa Reale, résultat d’une série de transformations qui ont eu lieu au cours des siècles devant les yeux d’illustres personnages et dynasties royales. Le premier noyau était formé par une forteresse habitée par le Duc de Tuscia pendant le haut Moyen-âge. Par la suite la propriété est passée à la famille Avvocati et, après, aux nobles Buonvisi, famille lucquoise de marchands et banquiers qui ont transformé la forteresse en un palais très élégant.  Après leur faillite, les Buonvisi ont mis en vente une grande partie des biens de la famille, dont la Villa de Marlia.

La résidence historique a alors été achetée, en 1651, par Olivieri et Lelio Orsetti qui se sont occupés d’apporter des modifications à la Villa et ont donné au Parc un nouvel aménagement au goût baroque à travers la réalisation de cours, grandes voies et jardins extraordinaires comme le Théâtre de Verdure et le Jardin des Citrons. On doit aussi la construction, aux deux nobles lucquois, au cours du XVIII siècle, de l’élégante Palazzina dell’Orologio (Maison de l’Horloge) avec sa loge en colonnes sur le portique.

Pendant la période napoléonienne Elisa Bonaparte Baciocchi, sœur de Napoléon et princesse de Lucques a acheté la propriété, en 1806.  À partir de ce moment-là, la Villa prendra le nom « Reale » (royale), d’après le titre d’Elisa, reine d’Etrurie. Le lien entre la Princesse et la résidence de Marlia a été fort et intense. C’est à la Princesse qu’on doit les travaux principaux qui ont transformé la structure de l’immeuble et des jardins. Peu après l’achat, en effet, elle a ajouté au domaine  la Villa de l’Évêque  et a modernisé les façades de l’ancien Palazzo Orsetti selon le style néoclassique.  Le Parc aussi a été partiellement redessiné selon la mode du XVIII siècle du Jardin à l’anglaise.  Le changement le plus important a été la dilatation perspective de l’espace en face de l’immeuble, caractérisée par une pente légère qui exalte le mouvement du paysage comme le suggère le goût romantique. Le Parc de Villa Reale a été en outre embelli  par une statue et des vases réalisés grâce au précieux marbre blanc de l’Académie Eugénienne de Carrare.

Après la chute de Napoléon, Elisa a dû abandonner son royaume en février 1814, la Principauté de Lucques a été transformée en Duché qui a été assigné à Charles Ludovic de Bourbon. Villa Reale est devenue alors la résidence d’été de la nouvelle cour  qui a pris plaisir à organiser des bals splendides, en hébergeant souvent des personnages illustres, princes et souverains. En 1847 Charles Ludovic de Bourbon a abdiqué en mettant fin à l’autonomie politique de Lucques, territoire ainsi annexé au Grand Duché de Toscane.

Dans la deuxième moitié du XIX siècle, la résidence d’époque est passée dans les mains du royaume d’Italie et est devenue propriété de Victor Emmanuel II qui a décidé de la céder à Penelope Carolina, veuve de Charles de Bourbon prince de Capua.  À la mort de Carolina en 1882, la résidence de Marlia est restée aux deux enfants : Vittoria Augusta et Francesco Carlo, qu’on appelait le « Prince fou » de par sa maladie mentale.  Après la mort de sa sœur Vittoria, le prince a été épaulé par un tuteur qui s’est occupé de la gestion des biens : la propriété de Villa Reale a été mise en vente et les biens mobiliers vendus aux enchères, alors que  beaucoup d’arbres du parc on été abattus pour produire du bois.

En 1923  le Comte et la Comtesse Pecci-Blunt ont acheté la propriété et l’année suivante ils ont fait exécuter par Jacques Greber, célèbre architecte français, la restauration du Parc et des jardins, avec l’intention d’unir tradition et innovation. La création de bois, de ruisseaux, d’un lac et d’éléments bucoliques a complété et enrichi le paysage romantique déjà donné par les styles des jardins.

Presqu’un siècle plus tard, en 2015, un jeune couple suisse, étant tombé éperdument amoureux du domaine désormais  négligé, a acheté la propriété. Les difficultés n’ont pas tardé à arriver et seulement deux mois après, une terrible tempête a abattu beaucoup d’arbres séculiers, en compliquant ainsi la réhabilitation du parc. Malgré les nombreux obstacles rencontrés, les propriétaires ont décidé d’accepter le défi de reporter la Villa Reale de Marlia à sa splendeur ancienne en faisant faire d’importants travaux de restauration.

IL PITTORE AFRO BASALDELLA
Villa Reale de Marlia, 1937
ALBERTO MORAVIA
Villa Reale de Marlia, 1932
Dalì in piscina_Villa Reale
SALVADOR DALÌ
Villa Reale de Marlia, 1936
(www.miltongendel.it/Writings/A.L.B.P.%20project.pdf)